Les lieux de l’échange

Plan dynamique des lieux de l’échange

Le marché de la Croix des Bossales à Port-au-Prince


D’abord poser le cadre dialectique: 
Évidence : C’est le plus grand marché à ciel ouvert de la Caraïbe, le plus populeux, qui dégage un sentiment de pléthore et d’abondance quand on regarde les images.
Paradoxe : Ce marché frappe par son insalubrité, la pauvreté des infrastructures et le manque d’hygiène qui évoque presque un pays en guerre…
Problématique : comment concilier ce sentiment d’abondance et d’abandon que dégage le terrain ? Quelle logique a conduit à une telle accumulation de gens et de marchandises sans le moindre effort d’assainissement et de rationalisation des échanges ?
Hypothèse : La concentration en un seul lieu de toutes les productions du pays donne un sentiment d’abondance, mais pour une métropole de trois millions d’habitants dont 80% vivent avec moins de deux dollars par jour, le marché est un lieu de survie où se pressent tous les jours les clients qui achètent le plus souvent pour des sommes modiques, pour une ration familiale quotidienne. Les réserves sont rares, ce qui oblige à refaire les courses chaque jour et ce qui explique l’affluence quotidienne continûment élevée du site.

Le plan d’attaque :

I un marché à trois temps
– avant 6AM : à ce moment convergent vers la capitale les chalands de toutes sortes et de toutes provenances : le marché est alors au centre d’un réseau de routes et de voies qui y convergent de tout le pays.
– entre 6AM et 6PM : le marché redistribue vers les autres marchés de quartier.
– après 6PM : les boutiques du voisinage sont fermées, mais la vie continue. d’autres activités prennent le relais, plus ou moins licites…

II un marché à trois régimes
– un marché de gros, ce qui correspond à la tranche avant 6AM
– un marché de demi-gros, ce qui correspond à la tranche 6AM-6PM
– un marché de détail, ce qui correspond à la tranche, post 6PM III un marché à trois dimensions spatiales
– un marché étendu aux entrepôts du voisinage, avant 6AM, marché de gros
– un marché en réseau, entre 6-6 et qui approvisionne les autres marchés de la capitale, régime de demi-gros
– un lieu de vie pour ceux et surtout celles qui le fréquentent tous les jours et y dorment parfois la nuit. C’est le moment où se comprend le mieux la statistique selon laquelle 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté, car ce sont les plus pauvres qui y demeurent et qui assurent les tâches de nettoyage, de collecte des résidus solides et de transport des marchandises dont c’est le moment de pleine activité.

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010

More Posts


Publié par

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.