D’un camp, l’autre

La cour est à présent un paisible reposoir pour les matins et les soirs devant ou après l’agitation de la pleine journée. Le chantier est à l’arrêt, mais la maison offre déjà un abri sûr à ses occupants. En tout cas contre les vents : hier c’était le premier coup de gong de la saison des pluies ; il est tombé des trombes d’eau sur la plaine, et mes livres ne sont pas mouillés. Ce qu’il reste de ma tente traîne encore dans un coin de la cour, le gravier porte encore les traces des piquets et des bords du plastique qui délimitait mon couchage. Je n’ai sauvé du dérangement qui a accompagné l’entrée dans la nouvelle construction que mon lit pliant. Avec son cadre étique et sa structure légère, il exprime une certaine folie de zélote caractéristique de la période qui a suivi la catastrophe, et dont j’ai senti l’appel. Aujourd’hui, je considère mon enthousiasme et ma joie du retour avec un rien de nostalgie critique. L’excitation du retour une fois passée, il faut entretenir dans la durée son engagement, alors commence le plus gris, le plus difficile. C’est comme de continuer à espérer la lumière en plein orage.
Contre la pluie, en tout cas, la maison semble d’une étanchéité irréprochable, les fenêtres sont disposées de manière idéale. Contre les séismes, c’est une autre affaire. J’ai confiance en boss Elie, cependant. Il a juré que même après sa mort, il le saurait si une maison bâtie de ses mains s’écroulait sous l’effet d’un tremblement de terre, il en éprouve une telle honte qu’il en rougirait d’avance s’il ne savait avoir mis tous ses soins à garantir la solidité du moindre de ses projets.
Les ouvriers partis, restent les signes du chantier : les murs encore bruts de décoffrage, le ciment encore frais sous la main et qui laisse sa poussière sur le doigt et les vêtements, les charnières grincantes des portes, les débris de pierre dans les buissons. Charme de l’inachevé, humilité du séjour. La maison est à l’image de la ville : refaite à demi, mais fonctionnelle, d’un confort limité, mais commode.
Deux ans après le tremblement de terre, je suis rentré au pays pour essayer de continuer le travail de terrain commencé avec les étudiants de l’école normale supérieure de Port-au-Prince. Ils sont pour la plupart aujourd’hui inscrits en master de géographie et béficient d’un encadrement dispensé par des enseignants venus de l’université Paris 8. Je suis le seul de Paris 1 pour le moment, mais d’autres collègues ont manifesté le désir de se joindre à la brigade des enseignats volontaires pour donner un peu de leur temps à Haiti.
Le travail, l’année dernière, était liminaire et évident. Etablir un état des lieux post- séisme de manière à analyser les raisons empiriques de la catastrophe. Avec cela mieux aider à protéger les populations les plus vulnérables, rendre plus fonctionnelle, plus urbaine la ville. Il s’agit maintenant d’aller plus loin et de former de vrais spécialistes, capables d’aller sur le terrain et de proposer un diagnostic territorial documenté ou de faire des propositions d’aménagement du territoire. D’abord faire le point sur la reconstruction et l’avancement des différents chantiers, en observant une première différence à faire dans la gestion des camps selon une logique du dedans et du dehors. D’un côté, les principales places publiques de la capitale et de Pétion-Ville ont été vidées de leurs réfugiés : la place Boyer, la place Saint-Pierre, les principales places de Delmas, les abords de l’aéroport, etc. pour ne citer que les espaces de refuge les plus massifs, ont retrouvé un aspect normal. Cependant demeure le camp du Champ de Mars.
De l’autre côté, on observe l’extension et la consolidation des camps situés à l’extérieur des limites de la ville, en particulier dans la partie nord de l’agglomération. De Canaan à Corail-Sesselesse, c’est une nouvelle couronne de bidonvilles qui est en trait de cerner au nord l’espace formel bâti. Avec tous les effets que l’on peut en attendre sur le plan de la dégradation du paysage de mangle auquel est en partie ce secteur, il faut surtout considérer que deux dynamiques sont à l’oeuvre et qui conduisent à un creusement des écarts entre les plus riches, dont les quartiers centraux en pleine réhabilitation sont le fief, et les plus pauvres, obligés de résider de plus en plus loin. Cela conforte une extension de l’espace bâti selon un mode anarchique et inapproprié.

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010

More Posts


Publié par

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010