Diobolo

Sur la route désaffectée ne passent plus désormais que les motos et les cavaliers qui empruntent cette boucle de la nationale pour se rendre dans leur champ. C’est devenu le chemin vicinal le plus sophistiqué et le plus chic du pays. Finalement, on a trouvé la vraie cause de la montée des eaux de l’étang de Miragoâne et le détour qu’il avait fallu imaginer pour permettre de rallier Miragoâne et le reste de la presqu’île du Sud à partir de Port-au-Prince, était devenu caduc. Obsolescence d’autant plus justifiée que la bretelle ainsi fabriquée, à la va-vite, était dangereuse : tout en courbe, trop étroite et trop pentue. Plusieurs dizaines de morts en à peine quelques années.
Certains attachaient à cette hécatombe une explication mystique, voyant dans les accidents nombreux la main de Diobolo, l’esprit qui dort au fond de l’étang de Miragoâne. Ivre de sang et de sacrifices, ce diable palustre serait la main cachée qui expliquerait les subits tourbillons qui parfois attirent les femmes au fond du gouffre par où les eaux trouvent un exutoire sous la montagne, vers la mer. Diobolo, dans son courroux, justifié par l’embrouillamini qui prévaut dans la conduite des affaires vaudoues, aurait décidé de couper la route du Sud et d’isoler le pic Macaya, cœur mystique de la culture haitienne, du reste du pays.
D’autres prétendirent que la montée des eaux était un prélude au déluge qui doit submerger le monde, selon la Bible, à la fin des temps. Par conséquent ils allaient sur les rives du lac faire des ablutions propitiatoires, pour obtenir leur ticket pour le paradis, en se convertissant au baptisme. De fait, la religion protestante est devenue majoritaire dans la contrée et la plupart des écoles communautaires sont d’obédience religieuse. Derrière chaque pasteur se tient un professeur.
La décision fut prise de contourner le lac par la construction de cette bretelle qui oblique vers le nord et effectue un grand coude par les terrains très secs qui surplombent le lac. De là-haut, le panorama est superbe. Le lac semble un grand oiseau couché sous la montagne, deux ailes déployées dans un bleu qui n’est ni celui de la mer, ni celui du ciel, un bleu très pâle, comme délavé par le ruissellement sous la roche des eaux qui alimentent la plus grande réserve naturelle d’eau douce du pays. Le lac de Péligre étant un lac de barrage. Le long de la Nationale, les lavandières s’affairent autour de grandes bassines en plastic où elles plongent des bras vigoureux et souples dans un linge qu’elles vont blanchir en faisant crisser la mousse à chaque frottaison de tissu. Oui frottaison, car frottement n’est pas le mot juste pour exprimer cette manière très experte de faire chuinter la toile mouillée qui est le propre d’une bonne ménagère. Encore une affaire de femme. Elles sont nombreuses, accroupies au bord du lac, à laver ainsi tous les samedis. Elles pensent également qu’il y a au fond du lac un esprit qui fait monter et baisser les eaux selon son humeur. Il y en a même une qui faillit périr dans un trou d’eau, attrapée par la jambe par Diobolo. Elle n’eut la vie sauve que grâce aux lwa ginen qui ont empêché le diable de commettre son funeste forfait.
Les plus sceptiques, les géographes, prétendirent que cette montée des eaux était à chercher anba dlo, sans jouer sur les mots. Sans chichi mystique, dans un registre plus terre-à-terre. Ils plongèrent et trouvèrent que le ponor, l’exutoire par lequel ce lac karstique communique avec la mer, deux kilomètres sous la terre, etait en cause. On enleva la terre, les bouteilles en plastic, les troncs d’arbres et les cadavres de bêtes jetées pêle-mêle au fond du lac, ou acheminées par les crues des torrents qui déboulent des montagnes environnantes pour se jeter dedans. Il faut dire également que l’étang de Miragoâne est situé exactement au cœur de la grande cassure que constitue la faille d’Enriquillo qui cisaille en deux la presqu’île du Sud. Ce curage effectué, le lac retrouva son niveau d’avant. Le détour est devenu une piste inutile, interdite à la circulation automobile et fréquentée de loin en loin par des passants pressés. Sauf les géographes qui aiment bien prendre le temps. Le temps de poser des questions, de découvrir et de partager.
L’excursion commence par une ascension de la colline qui surplombe la route et le lac. Les étudiants sont enthousiastes et les professeurs, venus de Paris 8, Emmanuelle Gauthier, Eric Gilli, font leur cours en plein vent dans un paysage où ils lisent comme dans un livre. Une fois évoquées et expliquées les subtilités du modelé karstique, nous partons à la recherche du ponor, le trou par lequel le lac se vide et rejoint la mer. Nous le trouvons au fond d’un trou percé dans la roche et qui serpente sous la montagne quelques kilomètres avant de ressurgir en source claire à Carrénage.
Après un rapide piquenique dans un champ de lapiés, nous descendons vers la doline qui forme le pallier inférieur d’un probable système de lacs en escalier qui descendaient vers la mer en des temps plus anciens. Sur le chemin du retour, cours d’hydrologie fluviale sur la rivière Grand-Goâve. Dernière halte à Léogâne, pays de Jean-Richard Eveillard. La ville est à présent un immense champ de ruines. Les maisons en bois ont mieux tenu le choc que les constructions en ciment, plus récentes. Les palmiers royaux à l’entrée de la ville sont couverts d’une poussière qui les étouffe et les rabougrit peu à peu. Nous traversons le portail Ca Ira et nous obliquons vers la plage. Les marais sont envahis d’’ un tas de décombres grand comme une piscine olympique, haut de plusieurs mètres. Emotion devant la plage soulevée par le séisme du 12 janvier 2010, nous sommes à l’épicentre su séisme. Les étudiants sautent sur leurs jambes pour faire trembler le sol encore mou, mais aux galets grossiers, qui indiquent un régime de roulage différent que le sable fin de la plage. Ici, le littoral a été soulevé de 60 centimètres par le puissant séisme de 2010.
Expliquer, comprendre des paysages, c’est comme redécouvrir à neuf et partager le monde. Entre les deux professeurs et les étudiants, l’accord est parfait. J’observe avec délectation et j’écoute avec bonheur les collègues qui déniaisent les questions les plus tordues avec simplicité et intelligence. La gratitude qu’il s’ensuit entre les étudiants et le professeur est inestimable. Il nous faut deux heures pour traverser le bouchon de Carrefour. J’arrive à Clercine vers neuf heures, en étant parti de Léogâne à six heures. Trente kilomètres en trois heures…

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010

More Posts


Publié par

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010