A Catherine Flon

A Catherine Flon
A la traversée du carrefour de Saint-Médard, la circulation est doublement ralentie : par les dos d’âne qui gênent les excès de vitesse, et par les marchandes de tablette-pistache qui profitent de l’aubaine pour proposer aux automobilistes roulant au pas leurs sachets de friandises. Ces petits sachets en papier brun qu’elles sont les dernières à utiliser pour envelopper les achats. A Port-au-Prince le plastic a totalement remplacé le cornet en papier du fresco, l’assiette en papier du marchand de fritaille, etc. Nul besoin de descendre de voiture : elles se jettent par grappes, littéralement, aux portières pour offrir leurs sourires familiers avec les douceurs caramélisées qui font la renommée de cette contrée. Les pistaches viennent de l’île de la Gonâve, le sucre est produit localement avec de la canne, et le tout, mélangé, donne l’une des friandises favorites des enfants et des touristes qui empruntent cette voie pour se rendre à la plage. C’est délicieux, c’est riche en énergie et cela ne reste pas collé aux dents comme le mayilov ou le tito. Ces autres gâteries de ma jeunesse ont d’ailleurs totalement disparu des présentoirs des épiceries. Mais à Saint-Médard, les tablettes-pistache sont une tradition attachée au rituel des ralentissements et démarrages des usagers de la route. De plus, cela fait vivre une volée de femmes d’affaires qui animent les deux côtés de la chaussée tout le long de la voie. Tant et si bien que Saint-Médard est devenu un hameau très animé, nourri de la proximité de la route, profitant des flux de transit vers la capitale. Les Portoprinciens ont pour habitude de confondre le faubourg de Saint-Médard et la ville de l’Arcahaie.
L’observation et l’analyse nous portent à vérifier ce constat : la région métropolitaine commence ici à faire sentir sa proximité, par la spécialisation qu’elle engendre dans les structures et les systèmes agraires de cette riche région de culture. Entre Léogâne au Sud, Port-au-Prince et la Croix-des-Bouquets, l’Est, l’Arcahaie au Nord, le grand Port-au-Prince se déploie comme une nappe de béton qui peu à peu envahit le paysage sur tout le pourtour de la baie de la Gonâve. Les cultures se réduisent comme une peau de chagrin dans ce périmètre. La plaine de l’Arcahaie semble résister à cette tendance. Combien de temps encore ? Déjà la pression foncière monte, qui vient de la route.
Le long de la Nationale 1, entre Lafiteau et Titanyen s’établit le plus grand camp de refugiés de la capitale. Plus de 40 000 familles éparpillées dans des abris précaires sur les versants secs et pierreux de la chaine des Matheux. Aujourd’hui, la « commune » autoproclamée de Canaan entend défendre les intérêts d’une population qui prétend rester durablement sur le site et qui commence déjà à construire en dur : églises, écoles et boutiques de borlette se distinguent dans ce paysage de désolation par leur facture plus solide et plus durable. Décidément, les prophètes ont le vent en poupe dans ce contexte de crises multiformes et de déconfiture collective qui inspire les scenarios les plus apocalyptiques. Si rien n’est fait pour empêcher cette consolidation des abris précaires, le camp de réfugiés est appelé à devenir un bidonville à l’image de Carrefour au Sud. La circulation y est encore fluide, mais les premiers bouchons ne sont pas bien loin, à en juger par les contrôles inopinés qu’opère la police de temps en temps pour vérifier l’identité des automobilistes. Tandis que, sur la place du Champ de mars, les premières tentes commencent à plier leurs bâches, ici, c’est une succession de piles de sables et de pierres qui ponctuent le bord de la route. Le plus grand chantier de la reconstruction de la capitale est pourtant là, hélas. Un chantier autoconstruit, sans capital, sans plan et sans perspective.
Les terres envahies appartiennent à l’Etat, or celui-ci n’a pas les moyens de faire valoir ses droits, encore moins de procéder à la valorisation de ces riches terroirs agricoles. Le panorama de broussaille sèche et jaunie par la poussière laisse la place de plus en plus à un complexe paysager ou le bleu des tentes se mêle au gris du parpaing et au brun du sol dénudé par les travaux de terrassements en cours pour l’extension du camp.
Enfin, nous arrivons à l’Arcahaie ultime étape de notre sortie. C’est un riche terroir irrigué, devenu depuis une trentaine d’années le grenier de la capitale, depuis que la plaine du Cul-de-sac est envahie par la croissance de la tache urbaine. Nous traversons le marché établi sur le bord de la route Nationale pour nous enfoncer dans l’épaisseur du terroir. En retrait par rapport à la Nationale, il y a un autre marché dédié exclusivement au plantain : les régimes sont gras, les pattes plantureuses et les bananes ont une densité presque phallique dans le creux de la main. Les étudiants en profitent pour faire quelques emplettes, j’emporte une natte, faite de feuilles de bananiers tressées.
Ce haut lieu de la guerre de l’Indépendance est à ce point méconnu que j’ai voulu y entraîner mes étudiants. Pour leur faire un cours de géographie physique et une analyse de l’évolution du système agraire des plaines alluviales depuis l’époque coloniale. De la culture intensive de la canne à celle irriguée de la banane, il y a la survivance de traditions ancrées qui se lisent encore dans le paysage. Au passage, leur faire observer les ruines impressionnantes d’un aqueduc colonial où viennent buter les billons, levées de terre complantées où prospèrent les plants de tomate à l’ombre des bananiers. Leur faire découvrir à la fois un bassin de vie rural et un haut lieu de mémoire.
En entrant dans la ville, nous avons filé tout droit vers la maison de Catherine Flon, celle qui cousit le premier drapeau de l’armée de libération nationale, l’armée Indigène. La maison n’existe plus, mais le lieu est symbolisé par une plaque en marbre, censée immortaliser cet acte de haute couture patriotique. Sur la plaque commémorative, il y a cette faute de grammaire que mes Normaliens n’ont pas épargnée de leur sarcasme. Comment a-t-on pu commettre une telle faute de goût, à un lieu aussi solennel ?
Même si, au port de l’Arcahaie, le cabotage est actif (ici s’effectue une rupture de charge qui permet à la Gonâve et au Nord-Ouest de commercer avec la capitale à travers un intense trafic de cabotage : charbon de bois, arachide, bois d’œuvre, contre le fer, le ciment, les pèpè et les biens industriels dont les parties rurales de ces régions excentrées du territoire peuvent avoir besoin) la région tourne totalement le dos à la mer. Pas un bateau de pêche avant Lully, pas un filet entre les cordages du débarcadère. Les quelques rares silhouettes qui hantent ces parages s’y adonnent à un usage que la décence nous retient de décrire, mais dont les appareils photo ont gardé la trace dégradante…

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010

More Posts


Publié par

Jean-Marie Theodat

Jean Marie Théodat Géographe, enseignant-chercheur, Université Panthéon-Sorbonne, Université d'État d'Haïti. A Publié : Une île pour deux : Haïti et la République Dominicaine, 2003. Des décombres et des hommes, vie quotidienne à Port-au-Prince après 2010